TIC : des entrepreneurs agricoles renforcés par le CORAF
28 décembre 2017
Voici les trois entreprises lauréates de la première édition du prix de l’innovation agroalimentaire
14 mars 2018

Assiba B. recevant son dernier prix

          Aujourd’hui nous vous parlons de la seule béninoise productrice de pomme de terre 100% locale. Après Marlène G., vous allez découvrir l’une des femmes qui représentent l’entrepreneuriat agricole au Bénin.  Pour cultiver la pommes de terre, il faut importer des semences de la France ou d’autres pays européens. Assiba Bokovo , puisque c’est d’elle qu’il s’agit a été remarquée par la Mairie de Karimama qui lui a fait faire un stage en France. L’entrepreneure sait donc comment faire de la semence de  pomme de terre à partir des graines. Elle produit des pommes de terre à partir des semences produites par elle même. 

De la pomme de terre au Moringa

             De la pomme de terre, nous en reparlerons surement. en attendant découvrez le côté « Moringa » de de Assiba BOKOVO. Découvrez surtout une femme battante soucieuse du développement de son pays. Celle dont nous vous parlons aujourd’hui a tenu dans un ring et a remporté la seconde édition du concours « Get in the ring ». Il s’agit d’une compétition de présentation de plans d’affaire pour startup dont la finale s’est tenue le samedi 03 Février 2018. Assiba BOKOVO représentera le Bénin au Portugal pour le niveau mondial de ce concours. Mais bien avant le « Get in the ring », Assiba figure parmi les cinq (5) femmes entrepreneures béninoises ayant participé au 3e Forum sur entrepreneuriat de la Fondation Tony Elumelu. Ancienne directrice de label Bénin, elle s’est mise à son propre compte après des expériences en tant que employée qui non valorisant. 

 

Taste jus de Moringa  « Assiba Fée » 

 « Assiba Fée » est une est une entreprise de production et de transformation de Moringa mise en place par Carine BOKOVO.  Vous voulez du moringa en poudre, en jus, en thé et autre dérivé, « Assiba Fée » est surement l’entreprise qu’il faut contacter. Mais au de-là du Moringa, l’entreprise fait aussi de la production et de la transformation de pommes de terre.

Notre rencontre avec la fondatrice de cette entreprise innovante était pleine d’inspiration. Assiba BOKOVO est une femme qui lie son entreprise à tout un combat. Pour elle il est indispensable pour un réel développement que « les béninois consomment béninois ».

AgriYouth : D’où est venue l’idée de mise en place de « Assiba Fée » ?

Assiba Fée : Il faut dire que j’ai toujours été une personne entreprenante. J’entreprends depuis longtemps. Je me rappelle que je le faisais déjà quand j’étais sur les bancs. Ce n’est pas ma première entreprise. J’avais une entreprise que l’environnement du moment m’a amené à fermer. Je suis retournée travailler un moment. Mais étant donné qu’entreprendre c’est dans mon sang, je suis revenue dans l’agroalimentaire avec une autre entreprise en 2014 et ce, de manière formelle.

Assiba BOkovo, initiatrice de "Assiba Fée"

Assiba Bokovo recevant le premier prix de « Get in the ring »

Alors pourquoi l’agroalimentaire ?

Ce domaine parce que quelque part, j’ai toujours été attachée à l’Africain en général et au béninois en particulier. Et de nos jours, lorsqu’on regarde bien, c’est l’agriculture qui prend le dessus et c’est par l’agriculture que nous allons nous en sortir ; au tant sur le plan cosmétique, vestimentaire et alimentaire. Et pour la promotion de la santé, il faudrait passer par l’agriculture pour rééduquer la population béninoise.

Quel type d’agriculture faites-vous ?

Je fais de l’agriculture locale, et j’essaie de le faire biologique. Mais de nos jours le bio englobe trop de choses donc mon ‘’bio’’ à moi est beaucoup plus de l’agriculture naturelle en concordance avec les chaines de valeur intervenant dans mon domaine d’activité. On utilise pas de pesticides mais plutôt des intrants mais des intrants biologiques. Il y a désormais des promoteurs d’intrants biologiques avec qui nous travaillons.

Pourquoi le Moringa ? Quelles sont ses vertus ?

Ce n’est pas pour rien que je me suis intéressée au Moringa. Le Moringa est une plante qu’on connaissait depuis longtemps mais à laquelle on n’accordait pas d’importance. L’Homme se disait que c’est une feuille pour les moutons et autres bêtes. En réalité on donne ça aux animaux pour leur santé, pour les engraisser afin qu’ils soient bien à la consommation. Heureusement, certaines structures ont fait des recherches en Inde sur cette plante et c’est ainsi qu’elles ont découvert que c’est une plante miraculeuse de la cime à la racine.

    C’est une plante qui a sept (7) fois plus de vitamines que l’orange, du carotène, du lait, calcium, épinard… etc. Le Moringa permet de booster votre système immunitaire. Il est conseillé à tous les âges et pour les femmes enceintes.

 
Quelles sont les produits que l’entreprise « Assiba Fée » offre ?

D’abord nous avons commencé par la poudre de Moringa, puis les feuilles de Moringa qu’on utilise pour le thé. Et maintenant la grande innovation depuis fin 2015, c’est le Jus de Moringa qui n’est pas comme les autres jus de Moringa, mes clients pourront l’attester. La différence avec les autres jus de moringa présents sur le marché est qu’on a travaillé sur le goût et l’odeur. On a fait cela parce que lorsque les gens prennent la poudre ils savent que c’est plein de vertus mais ils ne sont pas contents d’en prendre car le goût l’odeur de feuille est fort à la limite désagréable. Voilà pourquoi nous avons affiné le goût du jus Moringa.

Vous produisez vous même le moringa ?

     Oui. On a une ferme sur laquelle nous cultivons le Moringa mais notre ferme à elle seule ne suffit pas pour  les productions. Donc on rachète les feuilles chez d’autres producteurs à condition que ça soit produit de façon naturelle. Nous croyons à la chaîne de valeur et au bien-être de la communauté à la base. 

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez dans le fonctionnement de votre entreprise ?

      La grosse difficulté est ce qui m’a fait entrer dans l’agriculture et qui fait que je me bats toujours, c’est déjà la population béninoise. Le béninois n’aime pas consommer local. Il n’aime pas consommer ce que lui-même a produit alors que nous ne maîtrisons pas comment les produits importé sont produits. 

 

Pourquoi la consommation locale vous tient à cœur ?

       Moi ma lutte c’est d’amener les béninois à être en bonne santé par la consommation des produits locaux. Donc je suis dans l’agriculture pour dire aux gens, mangez ce que vous produisez ; C’est ce que les grand pays ont fait et aujourd’hui ils brillent et nous les envions. Mais d’abord il faut que nous-mêmes prenons conscience que la meilleure chose qu’on puisse manger c’est ce que nous-mêmes avons produit. 

 

Quelles sont vos perspectives ?

                Amener l’Etat, la communauté à comprendre que ces gens-là pour ne pas voler ont commencé par faire quelque chose de leurs 10 doigts : vous devez être là pour les aider. Au-delà de ça faire grandir mon entreprise. Réussir effectivement à faire consommer aux cotonouas (habitants de Cotonou, NDLR) et habitants des villes alentours le moringa made in Bénin. Mon grand projet est que d’ici un ou deux ans vendre à tous les paysans béninois qui veulent faire de la pomme de terre   qu’ils puissent trouver des semences auprès de la structure Assiba fée au lieu d’en importer.

         Pour finir cet nous partageons avec vous cette phrase que Assiba B. a prononcé après sa victoire le 3 février dernier:

« J’aimerais dire aux jeunes entrepreneurs de ne pas avoir peur d’échouer, avant d’être ici j’ai connu l’échec aussi« 

 

La vidéo suivante élaborée lors d’une campagne de crowfunding qu’a menée notre entrepreneure. « C’est une campagne dont j’ai tiré beaucoup de leçons » a-elle-dit fièrement. Et c’est le développement du Bénin qui gagne!

 

 

PS: Si, vous voulez entreprendre dans l’agriculture, lancez-vous!

SI vous avez aimez l’histoire de Assiba B. n’hésitez pas à nous dire en commentaire! 

2 Comments

  1. […] Cependant, le risque de l’érosion génétique est là. A force de se laisser guider par les intérêts en jeu, nous ne valons plus qu’une feuille morte qui se laisse emporter par le vent, aussi bien en enfer que vers le bonheur. Pensant à nous et aux générations futures, décidons ! En attendant une précision de position, des jeunes initient des solutions pour développer l’agriculture.  […]

  2. […] agricole à suivre tout comme d’autres agripreneurs dont nous vous avons déjà parlé ici. Et nous ne sommes pas les seuls à l’avoir compris. A travers la vidéo suivante Agrobusiness TV […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Buy now